Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom timouns
Age 26
But du voyage Expéditions
Date de départ 06/08/2007
    Envoyer un message
Durée du séjour 1 an
Nationalité France
Description
Un voyage parmi d\\\'autres
Note: 3,8/5 - 211 vote(s).



Localisation : Laos
Date du message : 19/04/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Guerre civile a Luang Prabang

Aucune information n'est encore sortie du pays et  les infos mondiales n'en ont pas encore parlees
 
J-4
Je suis arrive avant que tout explose. Je me baladais dans la ville sainte de Luang Prabang (3eme ville du Laos). Tout etait calme, rien ne laissait presager ce qu'il allait se passer. Le temps etait au beau fixe, les moines effectuaient leur priere en polyphonie et le mekong etait d'une quietude impressionnante.
 
J-1
Alex le frenchy de Malaisie et son ami Guillaume arriverent la veille de l'incident. On commencait seulement a sentir une agitation troublante. Des jeeps patrouillaient dans les rues et les charmants habitants qui auparavant etaient accueillant et souriant, portaient sur les visages des signes de crispation.
 
Jour J
Ce matin la, je me suis reveille a l'aube. Des tirs de mitrallettes m'avaient sorties de mes songes. Je ne compris pas tout de suite ce qui se passait. Je pris mon petit dejeune normalement et parti au rendez vous pour rejoindre mes amis. En chemin, j'apercu quelques escuades de differentes couleurs passees dans les contre-allees de la rue principale. Pour moi, la situation me paraissait bizarre mais a aucun moment j'avais mesure l'ampleur de ce qui se deroulait. Je vis Alex au loin qui s'epoumonait en criant "Depeches toi Greg, Depeches toi ! " A mi chemin entre nous marchait un enfant d'une dizaine d'annees. Je vis tomber par une des fenetres un objet non identifie juste a cote de lui. Apres avoir touche le sol et fait 2 rebonds, un bruit monstrueux sonna aux confins de mes oreilles et une lumiere jaunatre eblouillissante jaillit. Je me suis senti propulser en arriere et des fragments encore non analyses me brulerent la peau. J'etais sonne, j'essayais d'observer la situation mais mes yeux ne voyaient guere et mes oreilles bourdonnerent encore. Au bout de quelques instant je me relevis et retrouvis mes sens.  Je me scrutais:
"Jambes operationnelles
Bras indem
Reste du cops OK"
Par endroit mes affaires etaient dechirees et d'autres mouchetees de taches rouge et de morceaux. J'enlevais dans la precipitation des lambeaux de chair collees parcimonie sur le visage. Je me suis mis a courrir pour rejoindre Alex et Guillaume. J'enjamba le corps demembre du petit garcon. "Oh mon dieu, quel horreur!" pensais-je. Il etait disloque, dechiquete, defigure......
Mes compagnons etaient sain et sauf quoi qu'un peu sonnes. Nous nous refugiames dans les bureaux de la poste locale. Personne ne parlait, la tension et la terreur se lisait dans les yeux de chacun d'entre nous. Nous entendimes "Laos! Laos!" - usuelement c'est l'eau de vie locale, mais la, cela sonnait autrement - On regarda par la fenetre. Une vingtaine de personnes dont des enfants armes jusqu'au dents s'approcherent du batiment. Nous fuimes par la porte arriere et partimes vers le mekong. Les rues de Luang Prabang etaient meconnaisables, elles n'etaient  plus couvertes de goudron mais de sang et de macchabes . "Putain! c'est quoi ce bordel? Qu'est ce qui se passe?" m'interrogeais- je. L'incomprehension regnait. Nous avancions par precaution observant les differentes unitees armees. Des hommes cagoulees en moto, des jeeps, et quelques tanks partrouillaient et se battaient entre eux. Soudain, remontant la rue, criante de toutes ces trippes, une brune a la figure grimee se fit fusiller dans le dos. Aucune pitie n'etait de mise. Il ne nous restait qu'une chose a faire, ramasser les AK47 qui jonchaient le sol. Mon premier et dernier tir que j'ai effectue me donne encore des cauchemars. Une jeune femmes d'a peine 20 ans surgit face a nous. Nous etions fait comme des rats. Mais lorsqu'elle tira, son arme s'enraya. J'eus a peine le temps de viser avant d'appuyer sur la gachette. Une rafale partie. Juste une balle atteingnie ma victime au niveau de la gorge. Le sang gicla comme un jeyser. La demoiselle s'ecroula sous l'effet de l'impact et mourra peu apres. "Je viens de tuer une femme, oui une femme,  oh mon dieu une femme......." Je suis reste en etat de choc. "Alle Greg, faut continuer, tu as fait le  bon choix. C'etait elle ou nous." Alex me pris le bras afin de poursuivre notre progression vers le mekong. Guillaume nous denicha une pirogue. "Ca y est, nous fuyons ce carnage en bonne sante" me disais-je. Nous debarquions aux abords de l'ile d'en face. Tout semblait paisible sauf que nous entendions des bruits d'explosion au loin. "Ca doit etre a Luang Prabang" signala Alex. Nous avancions difficilement dans cette jungle humide et chaude. Apres 10 minutes de marche, des obus commerent a pleuvoir sur nous.
"Oh merde, meme ici.... Grouillons nous les gars" criais je entre les bruits des explosions
"La-bas, je crois voir des tranchees" signala Alex.
Aussitot nous nous sommes mis a courrir a travers une pluie de bombes. Guillaume arriva le premier. On entendit des coups de feu. "Vite, il faut sauver le soldat Guillaume" me dit Alex. Sur place, nous constations qu'un Lao agonisait et que notre compagnon avec son arme encore fumante etait touche au bras gauche.  J'examinais sa blessure "Ca va, ne t'inquietes pas, la balle t'a juste effleure". On confectionna un bandage a base de feuilles traissees entre elles. J'observis l'endroit ou nous etions. C'etait bien une tranche d'une profondeur d' 1m50. Il y avait des dizaines de cadavres, des armes, et des munitions. Pendant ce temps, Alex qui est le seul de nous 3 a parler Lao, interrogea l'homme qui allait bientot trepasser.
- Alors? dis je
- Le mec est mort.
- Il t'a dis quelque chose?
- Oui que nous sommes dans le bastion de la milice et que l'armee reguliere les avait tous massacres.
- C'est vraiment la merde ici.
- Comme tu le dis. De plus le moines qui etaient de leur cote sont soit emprisonnes, soit tues.
- Il ne faut pas rester ici, c'est vraiment trop dangereux.
- Oui, je pense que nous devrions faire demi tou et fuir la ville le plus vite possible.
- Guillaume! Ca va le faire pour toi?
- Ne vous faites pas de soucis, je suis pres a souffrir pour ne pas mourir.
 
Le soir tomba, le bombardement s'etait calme. Nous repartimes a la pirogue et descendimes le mekong pendant des heures pour fuir. Juste quelques mots furent echanges. Les images de cette journee nous poursuivaient comme un fantome. Cette nuit la, personne pu dormir.
 
 
 To be Continued....
 
 
 ps: Ceci est une histoire, ne vous inquietez pas.
 

Note: 5/5 - 1 vote(s).

Syndication :

Par clochette

le 20/04/2008 à 17:25:49

Non mais t'es fou ou quoi??!! Bien sur que si qu'on s'inquiète, moi j'y ai cru hein! Raaa la la! Ma naïveté me perdra :p
Bon en tout cas, jéspère tout de même que tout va bien pour toi petit Gregounet!
Plein de bisous, à bientôt de tes nouvelles!

Répondre à ce commentaire

Par mamandeJanelle

le 20/04/2008 à 17:30:37

Salut,
Excellent, je me suis laissée prendre à ton histoire. Excellente narration, c'était trop en ce dimanche morne en région parisienne.
Bien à toi!

Répondre à ce commentaire

Par Ta Soeure

le 20/04/2008 à 18:55:25

j'adèheres, comme d'hab tu me diras:)
vives les nouvel du laos!
ta soueureee qui t'aime

Répondre à ce commentaire

Par Damien

le 20/04/2008 à 19:34:49

Qu'est ce qui a bien pu inspirer un tel recit ? Tu as rencontré l'armée du peuple ?

Répondre à ce commentaire

Par Greg

le 21/04/2008 à 06:25:56

En fait, c'etait presque ca mais au lieu de vrai balles c'etait de l'eau, de la farine, et du cambouie. Il y avait bien des escuades, et des embuscades. Et tout ca c'etait pour Pi Mai (la nouvelle annee lunaire). 3 jours de guerre ou plus precisement de festival. Ce fut excellent avec une ambiance bon enfant.

Répondre à ce commentaire

Par Babeth

le 21/04/2008 à 00:36:17

Hey!
Récit bien mené, belles photos!
J'ai compris ta sollicitation :P, désolée mais pendant que certains se battent dans les festivals d'autres se battent avec leurs bouquins!!!!!! et la guerre est rude, les survivants tacheront de bien conjuguer leurs passés simples, les recalés s'amélioreront jusqu'à parvenir à la gloire!
Bisous

Répondre à ce commentaire

Par La maman

le 21/04/2008 à 08:56:14

Décidément, les voyages t'inspirent. La muse littéraire est bien là.
Nous y avons tous cru.
La bataille a dûe être rude vu les visages que vous avez tous.
Enfin, la paix retrouvée.
A bientôt, pour d'autres aventures (j'espère).
Bises d'amour.

Répondre à ce commentaire

Par 1er classe alex

le 21/04/2008 à 09:37:24

J'y etait!
Et encore le recit est tendre aux vues de la realite, surement pour ne pas inquieter les proches.
Ce n'est que l'histoire d'une semaine pour que ta blessure cicatrise de toute facon.
RDV a Lhassa.
Bises viriles.

Répondre à ce commentaire

Par apollon

le 21/04/2008 à 20:55:13

J'ai cru reconnaître Marlon BRANDO dans Apocalypse now .

Désormais, je t'appellerai Grég TIR AMBO .


Répondre à ce commentaire

Par apollon

le 21/04/2008 à 20:58:23

J'oubliais : Ne fume plus n'importe quoi !

Répondre à ce commentaire

Par Sergent Dupuis

le 21/04/2008 à 23:56:18

Message censuré

Répondre à ce commentaire

Par greg

le 22/04/2008 à 10:45:03

Si si, tres distrayant :)
Mais je n'ai pas l'intention de trouver un Joy, en fin on ne sait jamais....
Pour relevit et retrouvis, yahou !!! C'est ouf, j'en ai presque pleure :)

a+ Soldat

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
timouns ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty